Alexandre Jollien : "Insécurité fondamentale".

Publié le par Alexandre Jollien

 

 

 

Alexandre-Jollien-.-Insecurite-fondamentale.jpg

 

 

 

 

Le thème de la sécurité a envahi les kiosques, les plateaux TV et l'esprit de chacun. Il me convie aujourd'hui à interroger cette soif de confort et de stabilité que je débusque au fond de mon coeur. Férocement, je voudrais que mon avenir soit assuré, boulonné, que ma carrière suive son cours et surtout que mes enfants me survivent. Pour cela, je suis prêt à tout ou presque. Il est même des soirs où je me surprend à éprouver une joie proche de la béatitude parfaite, lorsque je ferme à double tour la porte de mon appartement. À ce moment, les êtres chers sont provisoirement protégés, bien au chaud, à l'abri de toutes les menaces qui agitent le vaste monde. Instinct de conservation sans doute, mais plus encore, sentiment de vulnérabilité et donc, volonté de tout maitriser viennent me tirailler.

 

Il peut être fécond et libérateur de m'attarder quelques temps sur l'incertitude fondamentale que je ressens et considérer la précarité de l'existence qui se rappelle sans cesse à moi. Ainsi, la nouvelle d'une catastrophe à l'autre bout de la terre me place devant la fragilité de ma condition. Pour la dissimuler, certains en viendraient presque à traverser les océans. Comble du paradoxe ! Que faire de la faiblesse logée au coeur de notre vie ?

 

D'abord convient-il de l'écouter, de l'entendre. Osons donc demeurer quelques instants face à face avec l'impuissance, sans rien faire, sans agir. Juste être là et contempler. Quand les réflexes, les peurs, les stratégies de défense et les mille et un calculs nous portent à fomenter des plans d'attaque, il sied peut-être de nous risquer à la reddition, à l'absence de combat. Dans l'Antropologie du point de vue pragmatique, Kant évoque la manie de l'honneur, celle de la possession et celle de la domination. Toutes trois disent assez bien comment l'homme peut s'égarer dans une quête effrénée d'une illusoire sécurité. Briguer les honneurs et la reconnaissance, n'est-ce pas s'évertuer à mendier à bas prix quelque assurance, l'importer du dehors ? S'efforcer de devenir quelqu'un de solide, de grand, de puissant, d'honorable, bref de plaire à une opinion par essence versatile ? Posséder ne revient-il pas à demander à l'avoir, haut lieu de l'éphémère, une stabilité que tous les coffres-forts du monde ne pourront jamais offrir ? Et que dire de la domination, de cette volonté d'utiliser autrui, de faire de l'autre un serviteur, un garde du corps, un protecteur en somme ? Et il faut s'aliéner, se rendre dépendant de nos sauveurs pour jouir de cette vaine tutelle. Et le maître devient l'esclave selon une dialectique bien connue.

 

Ces manies et le reste, bref le chaos qui peut agiter un coeur, ne font qu'accroitre le sentiment aigu de notre vulnérabilité. Le refouler, le nier, c'est se priver d'une heureuse cohabitation avec l'incertitude. Alors, au lieu de fourbir des armes, de construire maintes carapaces, l'oeuvre d'une vie pourrait s'épanouir sur d'autres chantiers : trouver la paix dans l'insécurité, la découvrir dans les hauts et les bas du quotidien. Cette paix comme la joie inconditionnelle ne s'obtient pas ailleurs, dans un monde parfait, mais ici, en pleine difficulté, dans le doute, avec les blessures. Oui, de notre fragilité, contre toute attente, peuvent naitre des ressources inouïes. Et la vraie force revient à s'appuyer sur la précarité pour aller, sans bagage et sans armure, nu sur les chemins de l'existence.

 

 

Alexandre Jollien, pour l'hebdomadaire La Vie.

 

 

 

 

 

 

Publié dans Tous horizons...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article