Création ou manifestation ? (Thich Nhat Hanh)

Publié le par Thich Nhat Hanh

 

 

 

 

 

 

Thich-Nhat-Hanh-.-Creation-ou-manifestation--jpg

 

 

 

 

 

 Création ?

 

"Créer" signifierait qu'en partant de rien on obtient quelque chose. Je préfère parler de "manifestation" que de "création". Si vous regardez profondément vous comprendrez la création en termes de manifestation. Tout comme nous pouvons voir dans un nuage la manifestation de quelque chose qui a toujours été là, et la pluie comme la fin de la manifestation du nuage, nous pouvons voir dans les êtres humains et dans tout ce qui nous entoure une manifestation qui vient de nulle part et ne va nulle part. La manifestation n'est pas l'opposé de la destruction. Elle change de forme, c'est tout. Le fait de comprendre nos vies et le cosmos comme une manifestation peut nous apporter une paix immense. Si vous continuez à pleurer la perte d'un être cher, c'est une invitation à pratiquer le regard profond pour guérir votre chagrin.

 

Certains théologiens ont dit que Dieu est l'essence de l'être, mais qu'est-ce que l'être ? Ce n'est pas l'être qui serait l'opposé du non-être. Si c'est la notion d'être opposé au non-être, ce n'est donc pas Dieu. Dieu transcende toutes les notions, y compris  les notions de création et de destruction. Si vous regardez profondément la notion de création en gardant à l'esprit ce qu'est la manifestation, vous allez découvrir la profondeur de l'enseignement sur la création. Vous allez découvrir que rien ne naît ni ne meurt. Il n'y a qu'une manifestation.

 

 

 

 Un réel soulagement ...

 

Nous venons à la pratique spirituelle, dans une église, une synagogue, une mosquée  ou en centre de méditation pour soulager notre souffrance et notre tristesse. Mais ce n'est qu'en touchant la dimension ultime que nous obtiendrons le plus grand soulagement. Dans le judaïsme et le christianisme, vous pouvez appeler cette dimension Dieu. Dieu est notre vraie nature, la vraie nature de la non-naissance et de la non-mort. C'est la raison pour laquelle en croyant en Dieu, en faisant confiance à votre vraie nature, vous allez perdre votre peur et votre peine.

 

Peut-être voyez-vous Dieu comme une personne, mais une personne est l'opposé d'une non-personne. Si vous pensez à Dieu en termes de notions et de concepts, vous n'avez pas encore découvert la réalité de Dieu. Dieu transcende toutes les notions. Dieu n'est ni une personne ni une non-personne. Dans son ignorance, une vague est soumise à la peur de la naissance, la peur de la mort, la peur d'être grande ou petite ou plus ou moins belle, et à la jalousie envers les autres vagues. Mais une vague est capable de toucher sa vraie nature, la nature de l'eau, et de savoir qu'elle est l'eau. Dès lors, elle n'aura plus peur et ne sera plus jalouse. L'eau n'est pas soumise à la naissance ou à la mort, ni au fait d'être grande ou petite.

 

 

 

 Des causes multiples ...

 

Quand on regarde un objet comme une table ou une maison, on pense que pour être là, cette maison a été batie par quelqu'un et que cette table a été faite par quelqu'un. Notre tendance est de chercher une cause ayant produit la maison ou la table. Nous en concluons que la cause de la maison doit être la personne qui l'a construite : le maçon ou le charpentier. Quelle est la cause de la table ? Qui a créé la table ? Un menuisier. Qui est le créateur de la fleur ? Est-ce la terre, le fermier ou le jardinier ?

 

Dans notre esprit, nous pensons seulement en termes de causes. Nous pensons qu'une cause est suffisante pour faire apparaître ce qui est là. Avec la pratique du regard profond nous découvrons qu'une cause ne peut jamais suffire à créer un effet. Le menuisier n'est pas la seule cause de la table. Si le menuisier n'avait pas d'outils comme des clous, un scie, du bois, du temps, de l'espace, à manger, un père et une mère qui l'ont mis au monde et une multitude de conditions, il n'aurait pas pu faire en sorte que la table existe. Les causes sont en fait infinies.

 

C'est pareil lorsque l'on regarde la fleur. Le jardinier est l'une des cause de sa manifestation, mais il faut aussi d'autres conditions : la terre, le soleil, le nuage, le compost, la graine et plein d'autres choses. Avec le regard profond, vous voyez que tout le cosmos a contribué à la manifestation de la fleur. De même, si vous regardez profondément le morceau de carotte que vous allez manger, vous verrez que tout le cosmos a contribué à sa manifestation.

 

La pratique du regard profond nous montre aussi qu'une cause est en même temps un effet. Le jardinier est l'une des causes ayant aidé la fleur à se manifester, mais le jardinier est aussi un effet. Le jardinier s'est manifesté en raison d'autres causes : ses ancêtres, son père, sa mère, ses enseignants, son travail, la société, la nourriture, les médicaments et le logement dont il a disposé. Tout comme le menuisier, il n'est pas seulement une cause mais aussi un effet.

 

Avec le regard profond, on s'aperçoit que toute cause est en même temps un effet. Il n'y a rien que l'on puisse appeler une "cause pure". Nous découvrons beaucoup de choses avec la pratique du regard profond, et si nous ne sommes pas limités par les dogmes et les concepts, nous serons libres de faire ces découvertes.

 

 

 

Il n'y a pas de cause pure ...

 

Un jour, un moine demanda au Bouddha quelle était la cause de toutes les choses et il répondit avec des mots très simples : "Ceci est, parce que cela est." Cela signifie que tout dépend de tout le reste pour se manifester. Une fleur dépend d'éléments non-fleur pour se manifester. Si vous regardez profondément la fleur, vous pouvez y reconnaître les éléments non-fleur. En regardant la fleur, vous reconnaissez l'élément soleil, c'est-à-dire un élément non-fleur. Sans le soleil, le fleur ne peut se manifester. En regardant la fleur, vous reconnaissez l'élément nuage. Sans les nuages, la fleur ne peut se manifester. D'autres éléments sont essentiels, comme les minéraux, la terre, le fermier, etc... Une multitude d'éléments non-fleur contribuent à la manifestation de la fleur.

 

C'est pourquoi je préfère l'expression "manifestation" au mot "création". Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas employer le mot "création". Bien sûr, on peut l'utiliser, mais en comprenant que rien ne se crée à partir de rien. La création n'est pas quelque chose qui peut être détruit pour n'être plus rien. C'est pourquoi je préfère parler de "devenir merveilleux", une expression qui me semble assez proche du sens véritable de la création.

 

 

 

 

Thich Nhat Hanh

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Bouddhisme

Commenter cet article